DRAGAGE DU PORT DE DOUALA-BONABERI BIENTÔT UNE AUTRE DRAGUE NEUVE

Après avoir livré au Port Autonome de Douala une drague aspiratrice stationnaire de type BEAVER 50 pour les plans d’eau, les pieds de quais et les darses, l’entreprise IHC s’apprête à livrer une deuxième drague. Il s’agit d’une drague aspiratrice en marche de type Easy Dredge TSHD 3000, d’une capacité de puits de 3.000 m3 dédié au dragage du chenal d’accès au port.

La convention de financement de ce navire en cours de fabrication dans les ateliers d’IHC en Hollande a été paraphée, le 21 décembre 2019 par le Directeur Général du Port Autonome de Douala, Cyrus Ngo’o et de hauts responsables d’IHC.

Cet équipement technologiquement avancé constituera avec la drague ‘’Chantal Biya’’ en cours de réhabilitation, et la drague stationnaire BEAVER 50 et d’autres équipements, la flotte de la Régie Déléguée du Dragage créée au sein du PAD.

L’opération permanente du dragage que le Port Autonome de Douala va engager dans les jours à venir concernent donc, non seulement le chenal, les pieds de quai et les darses, mais également des zones opérationnelles (navigable et exploitable) du fleuve Wouri, qui sont considérablement ensablé et/ou envasé. Ce processus sera couplé à la dépollution du fleuve qui justifie l’acquisition récente d’un navire multifonctionnel. En effet, dans la quasi-totalité des ports du monde, l’ensablement et l’envasement constituent une menace permanente. Leurs structures se trouvent en effet le plus souvent dans des zones où la profondeur est relativement faible, telles que les estuaires. Il est alors indispensable de draguer pour permettre aux navires d’accéder aux quais. C’est une nécessité vitale pour leur exploitation. C’est un enjeu économique important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *